Bien dans son slip – Volker Wittkamp

SYNOPSIS : Enfin un livre sérieux qui n’a pas peur de se pencher au-dessous de la ceinture ! À quoi sert la prostate ? Pourquoi les femmes ont-elles si souvent des cystites ? Comment lutter contre l’éjaculation précoce ? Faut-il vraiment utiliser une bouillotte en cas de douleurs rénales ? Qu’est-ce que l’injaculation ? Pourquoi l’urine est-elle jaune ? Ces questions, Volker Wittkamp y répond tous les jours, au service d’urologie où il exerce comme interne. Depuis cinq ans, cet amateur de musique urbaine reçoit adolescents timides, femmes au bord de la crise de nerfs, coureurs de jupons ou époux très rangés pour les aider à comprendre les mille et un trésors que recèle leur entrejambe. De cette expérience, le jeune médecin au verbe haut tire un livre amusant et passionnant, enrichi d’anecdotes stupéfiantes, de tests personnels, de quiz et d’illustrations, qui révèle tous les secrets du pénis, des testicules, du sperme, ou encore de la vessie et des reins. L’occasion, chemin faisant, de rappeler l’importance de la consultation urologique et de distiller quelques précieux conseils pour soigner et préserver nos bijoux de famille.

MON AVIS : J’ai adoré ce petit guide bien intéressant et super bien fait !! On découvre les organes un à un, avec leurs particularités et leurs sources d’angoisse ! Majoritairement orienté pour les hommes, les femmes ne sont pas mises de côtés tout autant pour être  » Bien dans sa culotte  » ! Lecture très jubilatoire donc, on rit tout en apprenant beaucoup de choses et le tout du coup n’est plus du tout anxiogéne ! Super ouvrage que je recommande !

MON AVIS EN VIDÉO : 

Interview de Salvatore Minni

Tout d’abord, bonjour Salvatore et merci de m’accorder cet entretien pour le magazine Esprit Livre !

1 ) Première question classique : Comment vous est venue cette envie d’écrire ?

Ah! La fameuse question! Je pensais que votre première question serait plus… folle, ma chère Séverine! (rires) .Pour être sérieux et… classique, donc, l’envie s’est immiscée subrepticement dans ma vie lorsque j’ai appris à lire et à écrire. Disons que j’ai toujours aimé le cours de français, surtout la partie rédaction. Sans trop me rendre compte à quel point cela allait s’imposer à moi. En fait, j’ai réellement pris conscience de mes capacités lorsque j’étais à l’université. J’avais une professeure de littéraire extraordinaire, Madame Françoise Lalande, auteure également. Ce fut au cours d’un exercice de rédaction que cette grande dame m’a fait prendre conscience que j’étais capable d’écrire, pour le plaisir, mais surtout, que j’étais capable d’intriguer le lecteur!

Alors, mes petits textes lyriques se sont petit à petit transformés en courtes nouvelles, pour finalement donner naissance à un roman.J’ai eu la chance de pouvoir croiser Françoise l’année dernière lors d’une soirée organisée par l’Association des écrivains belges. J’ai enfin pu la remercier de m’avoir donné le courage et la force de croire en moi.

Du côté des auteurs, c’est Madame Amélie Nothomb qui m’a donné l’envie d’écrire. J’ai toujours été fasciné par cette écriture incisive, ces personnages écorchés vifs, cette capacité à agacer le lecteur. D’ailleurs, peu de gens s’en rendent compte, mais dans « Claustrations », je fais un clin d’oeil à « Acide sulfurique » (qui est, selon moi, l’un de ses meilleurs romans).

2 ) Parlez-nous de vos racines italiennes et votre histoire avec la France .

Mm, je suis bavard et je parle avec les mains (rires) et j’adore la cuisine… asiatique!

Mes grands-parents sont arrivés à Bruxelles dans les années 60, l’époque de la grande émigration des Italiens. Cela n’a pas été facile pour eux au début. Le politiquement correct était une notion inexistante (même si, à mon sens, il est bien trop présent de nos jours!) Des « mangeurs de macaronis » envahissaient le pays, vous imaginez? Une chanson de Calogero m’a d’ailleurs particulièrement touché lorsque je l’ai écoutée pour la première fois: « Suis-je assez clair », j’ai imaginé mes grands-parents, dans leur quotidien, leurs difficultés, leurs doutes, leur force.

Heureusement, les mentalités ont très vite évolué, la Belgique étant un pays extrêmement ouvert, ils se sont très rapidement sentis chez eux. À leur niveau, humblement, ils ont contribué à construire Bruxelles telle que je la connais et l’adore: ouverte, accueillante, intrigante, surprenante, imparfaite… surréaliste! Ce que je l’aime, ma ville!

Pour ce qui est de la France, hé bien, c’est le pays voisin, notre « cousin ». J’ai eu l’occasion de me rendre à plusieurs reprises à Lille, par exemple. C’est une ville dont j’apprécie la simplicité, l’architecture, les habitants! La toute première fois que je m’y suis rendu, au-delà de l’aspect général qui me rappelle tellement Bruxelles, c’est la gentillesse des Lillois qui m’a le plus frappé. J’espère y retourner bientôt dans le cadre d’une rencontre lecteurs-auteur. L’Alsace est une région formidable également. Mais je l’avoue, je ne suis pas allé plus bas que Paris (ne grincez pas des dents, promis, je vais remédier à cela dès que possible!) Ma relation avec la France est actuellement plutôt virtuelle, si je puis dire. Une relation d’écrivain qui, à distance, fait des rencontres formidables. Des personnes qui ont lu mon roman, qui me contactent pour me dire combien ils ont aimé « Claustrations » ou… à l’inverse, pour me faire part de leur déception. Il en faut pour tous les goûts, donc, tant que cela reste respectueux et constructif, je prends. Des lecteurs de toute la France me contactent. Mon souhait serait évidemment de tous les rencontrer! Cela sera organisé dans un futur proche, je l’espère. Il n’est pas toujours simple de trouver des libraires friands de nouveaux auteurs…

3 ) Racontez-nous votre aventure avec Nouvelles Plumes .

Vous avez du temps? Beaucoup de temps? (rires)

Comme chaque année, depuis deux ou trois ans, Nouvelles Plumes a lancé son Prix du suspense psychologique présidé par M. Franck Thilliez. Après maintes hésitations, j’ai décidé de me lancer en croisant très fort les doigts… J’ai donc finalement rassemblé toutes mes forces dans mon index pour qu’il clique sur « envoyer ». Quelques semaines plus tard, j’ai reçu un courriel m’indiquant que j’étais potentiellement le gagnant du Prix. Ô joie! Ô bonheur! J’ai littéralement fait des bonds dans mon salon! (rires) . Mais, ma moitié, plus terre à terre, ne souhaitait pas que je sois déçu et m’a donc remis doucement les pieds sur Terre: « Sal, c’est une nouvelle incroyable! Mais n’oublie pas… tu es potentiellement le gagnant »Et en effet, les adverbes sont essentiels dans une phrase. Je suis finalement arrivé second au profit de la gagnante: Patricia Hespel, une autre Belge, décidément! 😉Toutefois, M. Jean-Laurent Poitevin, fondateur des éditions Nouvelles Plumes m’a contacté peu après les résultats.

« Écoutez, je ne vous lâcherai pas! J’ai adoré votre roman! Je crois en vous! Je suis convaincu du potentiel de cet ouvrage! Je vous publie prochainement, promis! »Et voilà que mon rêve se réalise en octobre 2017! En tout cas, un de mes rêves. J’en ai encore un tas à réaliser…

4 ) Votre roman «  Claustrations » s’aventure dans les méandres du cerveau humain et dans le monde de la psychiatrie . Une simple envie ou un besoin plus profond ?

Besoin très profond, même, je suis M. Concerto! (rires). Le processus d’écriture est très compliqué. Je vais tenter de m’expliquer…

Au début d’un roman, je ne me dis jamais « je vais écrire sur tel sujet ». Je ne fais pas partie des auteurs qui mettent sur papier un plan avec un début, une fin et entre les deux « comment je vais parvenir à cette fin ». Moi, je m’installe face à mon écran d’ordinateur, avec l’envie d’écrire et je tape des mots. Je ne sais pas où cela va me mener. Je ne connais pas la chute. Le titre, en revanche, s’impose très tôt dans mon esprit. Je sais que cela peut sembler cliché, mais ce sont les personnages qui font de moi ce qu’ils veulent, au début du processus. Et c’est en relisant ce que je viens de taper que les idées fusent. « Lui, je vais le faire évoluer de telle manière » . Pour répondre plus précisément à votre question, j’ai toujours été fasciné par le monde de la psychiatrie. J’ai failli entreprendre des études dans ce domaine avant de me raviser pour me tourner vers l’étude de la traduction et de la linguistique. Si des études de traducteurs-psy ou de psy-traducteurs avaient existé, c’est sans aucun doute les études que j’aurais entreprises!

Mais je vous rassure, Séverine, je suis sain d’esprit. Quoique…

5 ) Il y a un , à un moment donné dans « Claustrations », un petit côté dystopique / roman d’anticipation ( Personnellement , j’ai adoré tous ces passages là ! ) . L’envie aussi d’aller vers ce genre de littérature dans vos écrits ou continuer dans le thriller et le roman noir ?

Je crois que, malgré moi, il y aura toujours un côté dystopique ou d’anticipation dans mes romans. En tout cas, c’est une matière dont j’aime parler: la manière dont je perçois le monde, les sociétés, les humains et comment les choses pourraient évoluer. Dans « Claustrations », j’ai imaginé un futur qui applique un moyen radical de réguler la surpopulation. Je crois qu’une part de moi est convaicue qu’un jour, nous parviendrons à des extrêmes de ce type, malheureusement. Ce doit être d’ailleurs la raison pour laquelle j’aime tellement la série « Black Mirror ». Elle vous gifle littéralement. Chaque épisode vous ébranle. Au bout des 50 minutes, on regarde sa moitié et la discussion est lancée: « T’imagines? On y est déjà, d’une certaine façon. »

Cela va rejoindre ce que j’ai dit précédemment, je ne me dis pas « tiens, je vais parler de la surpopulation et de ces conséquences ». C’est plutôt « Tel personnage a décidé de se cloîtrer. Mais que fuit-il exactement? » Et soudain, tel un coup de massue, la réponse me frappe en pleine tête.

À mon sens, je continuerai à écrire des thrillers avec une touche d’anticipation. J’aime donner des frissons à mes lecteurs. Mais j’aime également leur donner à réfléchir. Que le lecteur se dire « M…! Et si on en arrivait là? Et si nous nous dirigions vers ce type de futur? » Ouvrir le débat. Provoquer des réactions.

6 ) Quelles ont été vos inspirations ? Quels auteurs ont jalonnés votre vie de lecteur ?

Mes inspirations pour « Claustrations »? Un film des années 90 (prononcé nonante, ben quoi, je suis belge, moi! rires) « Identity », pour certains aspects de mon roman. Le vécu de mes proches, parfois. Mes expériences personnelles aussi. Le tout est évidemment exacerbé et tourné de manière à en faire un thriller.

Pour ce qui est des auteurs… Amélie Nothomb pour la langue et ses personnages écorchés vifs. Dean Koontz pour son incroyable capacité à me faire frissonner! Maxime Chattam pour son côté « trash ». Bernard Werber pour sa capacité à me faire rêver et l’anticipation. Franck Thilliez que j’ai commencé à lire, il y a peu, je l’avoue. Mais dont le roman « Puzzle » m’a fait écrier « Mais, j’aurais pu l’écrire! » (rires) . Eric-Emmanuel Schmitt dont le « Lorsque j’étais une oeuvre d’art » m’a fait prendre conscience qu’il était possible d’aller très loin dans le loufoque et rester crédible. J’ai adoré ce roman! Un ovni dans sa bibliographie.

Il y en a tant d’autres: Stephen King, Pierre Lemaître, Guillaume Musso, Graham Masterton, Barbara Abel, Karine Giébel, Yasmina Khadra,…

7 ) Parlez-nous de votre prochain roman ?

Il s’agit d’un thriller. Je l’ai écrit avant « Claustrations », mais je suis en train de le réécrire à la lumière de ce que j’ai appris lors du retravail de « Claustrations ».

J’ai déjà changé la fin 3 fois… La dernière sera la bonne. Disons qu’elle est dans ma tête, je dois encore mettre les mots dessus, mais je pense que vous allez encore une fois vous dire « WTF! », ma chère Séverine. Je l’espère du moins! Je pense que d’une certaine manière, le roman suivant sera encore plus addictif. Il arrive tant de choses à l’héroïne. Elle va souffrir, la pauvre! Je ne peux vous en dire davantage à ce stade, mais disons que j’ai hâte de le soumettre à mon éditeur. Le plus difficile étant de promouvoir « Claustrations » tout en continuant à écrire. Pas toujours évident lorsqu’on travaille par ailleurs.

8 ) Pour finir, quelles sont vos ambitions dans le milieu du livre ? Comment vous voyez vous dans 10 ans ? Est-ce si dur de naviguer dans ce monde là ?

Mes ambitions? Vendre plus de livres que M. Thilliez! (rire sadique)

J’espère pouvoir continuer à écrire et toucher toujours plus de monde. Que Salvatore Minni devienne une référence. Que, lors de dédicaces, la queue de lecteurs soit aussi longue que celle de MM. Werber, Chattam et Norek réunis.

Les rêves nous font avancer, alors rêvons! Dans 10 ans, j’espère répondre à la même question par « Je vis de mon art! Mes romans sont connus et reconnus! Et vous, Séverine, vous y avez contribué… merci! » Il est très difficile de pénétrer dans le monde littéraire qui reste très fermé, finalement.

Les médias ne s’intéressent qu’aux auteurs confirmés ou les gagnants d’un Prix, la plupart des libraires également. Les courriels que j’ai envoyés à différents médias français et même belges (!) sont restés sans réponse, malgré mes relances.

C’est, entre autres, la raison pour laquelle je suis si actif sur les réseaux sociaux. Ils sont devenus incontournables pour faire connaître son art. Entre nous, je me suis laissé prendre au jeu des réseaux sociaux… j’adore publier ma petite photo et lire les réactions de mes fans. J’en profite d’ailleurs pour remercier les personnes qui me suivent et me soutiennent!

Merci encore Salvatore pour ce moment avec vous !

Merci à vous, Séverine! J’ai passé un délicieux moment! À très bientôt!

Ne me quitte pas – Mary Torjussen

SYNOPSIS :  Un jour, vous partez travailler. Un jour comme les autres, jusqu’à ce que vous rentriez chez vous, le soir, dans une maison vide. Votre petit ami est parti et il a tout emporté. Pire, il a effacé la moindre trace de son existence, jusque sur les réseaux sociaux. A son bureau, personne ne l’a vu depuis plusieurs semaines. C’est comme s’il n’avait jamais existé. Est-il vraiment possible de disparaître comme ça ? Le pire reste à venir. Car non seulement vous vous êtes mise à le chercher, mais quelqu’un, maintenant, s’est mis à vous suivre.

MON AVIS : Du très bon roman à suspense basé sur la disparition et la suspicion . Malgré un petit coup de mou vers le milieu, le dernier tiers est scotchant et vous embarque vers une thématique complètement inattendue, que personnellement je n’avais jamais croisée dans mes lectures, et çà fait du bien !! Bref, si vous voulez du bon roman à suspense , avec des personnages forts et un retournement final surprenant, n’hésitez pas, c’est plutôt du très bon dans son genre !

MON AVIS EN VIDÉO :

Claustrations – Salvatore Minni

SYNOPSIS : Ils ne se connaissent pas et pourtant, ils portent le même tatouage sur le bras…
Clara, disparue depuis plusieurs semaines, se réveille un matin étendue sur le sol d’une cellule obscure et infestée d’insectes ; Monsieur Concerto tente de découvrir les raisons qui l’ont conduit dans une chambre d’isolement, tandis que Charles se cloître de son plein gré.
Chacun d’entre eux se retrouvera face à son destin. Mais, dans leur quête de la vérité, ils se rendront très vite compte que les apparences ne sont pas celles qu’ils croyaient…

MON AVIS : ÉNORME coup de coeur pour ce palpitant roman qui nous embarque dans les limbes du cerveau humain ! 3 personnages, 3 façons de subir  l’enfermement, 3 formes de séquestration  … Laissez-vous embarquer dans ce voyage unique ! Un livre comme on en lit peu ! C’est âpre, violent, extrêmement intriguant  … avec un final à couper le souffle !! Un livre que l’on referme complètement sonné et abasourdi ! Ce genre de Livre-Expérience dont je raffole !! Du très haut Psycho/Psychiatrique que je vous recommande à 100 % ! A LIRE D’URGENCE !! ♥♥

MON AVIS EN VIDÉO :

Vices – Gipsy Paladini

SYNOPSIS : Le temps où Marie se rêvait en justicière insoumise appartient au passé. Arrachée à sa campagne natale, condamnée aux artères viciées de la ville qui accueille la Brigade des jeunes victimes, où elle officie en tant que lieutenant, la jeune provinciale avale des couleuvres. Car sur le terrain, la justice est un concept. Suicides, harcèlements, disparitions, viols… Et comme si la cruauté du monde ne suffisait pas, Marie doit au plus vite se faire une place au sein d’une équipe de flics à vif.
Qui est l’homme dont Zolan crie le nom chaque nuit ? D’où vient cette fureur qui dévore Sophie ? Pourquoi, chaque premier jeudi du mois, le commandant reçoit-il toujours la même carte postale ? Voilà autant de secrets dissous dans les ténèbres urbaines au fond desquelles Marie espère enterrer le sien…

MON AVIS : Du très bon thriller noir urbain avec des personnages marquants, dans un rythme entêtant  et diablement addictif ! J’ai lu les 400 p. d’une traite ! C’est violent, dur et terriblement réaliste, mais toujours juste, rigoureux et marquant ! Attention, vraiment une lecture dans laquelle il faut avoir le coeur bien accroché . Je rappelle qu’on y suit une Brigade des Jeunes Victimes … Bref , une lecture prenante et impétueuse qui marque les esprits, et un duo Marie/Zoltan qu’on a hâte de retrouver !!

MON AVIS EN VIDÉO : 

Le fil d’argent – Rebecca Greenberg

SYNOPSIS : Thomas Gordon, journaliste d’investigation au New-York Daily News, voit son existence basculer un jour de blizzard. Et rien ne l’avait préparé à ça.
Comment reprendre le cours de sa vie lorsque l’on se retrouve soudain doté de dons paranormaux ? Comment rester les pieds sur terre lorsque l’on peut désormais sortir de son corps et dépasser les limites de l’Espace et du Temps ?
Bientôt les coïncidences s’accumulent et un puzzle hallucinant prend forme… Pour ne pas devenir fou, Tom devra s’engager corps et âme dans l’enquête la plus incroyable de sa vie, où Passé et Présent se trouvent étroitement liés.
Et si rien n’était dû au hasard ?

MON AVIS : Un roman original qui mêle habillement fantastique, historique et policier . J’ai vraiment adoré la partie  » historique » qui nous plonge au coeur d’une famille juive pendant la seconde guerre mondiale, partie que j’ai littéralement lu en apnée . Par contre j’ai eu un peu plus de mal avec la partie  » présent  » , ayant eu peu d’attachements avec les personnages mais surtout un peu de mal avec la partie  fantastique . Bref, une lecture et un avis carrément scindé en deux pour moi , mais une lecture dont je ressors plutôt satisfaite et heureuse d’avoir eu ! A vous de vous faire votre avis !

MON AVIS EN VIDÉO :

Un frère de trop – Sébastien Theveny

SYNOPSIS : Eté 1986. Au large de la baie des Anges.
Le fils aîné des Lacassagne, une riche famille d’investisseurs niçois, se noie lors d’une virée en mer en compagnie de son frère et sa sœur.
Eté 2016. Chaleur sur Nice.
Le patriarche des Lacassagne, à l’aube de ses quatre-vingt ans décide de transmettre les rênes de son empire à ses enfants.
Dans le même temps, il contracte un journaliste – écrivain public pour lui écrire ses mémoires. Laisser une trace sur papier de ses réussites.
Mais les journalistes ont le fâcheux défaut d’être souvent trop curieux.
Le loup est entré dans la bergerie…
30 ans après le drame, les vérités éclatent…
Les accidents sont-ils toujours fortuits ?

MON AVIS : Un excellent roman à suspense tissé autour d’une saga familiale qui m’a littéralement emportée sur 30 ans !! Des secrets enfouis, des non-dits, de la haine et des rancoeurs autour d’un drame qui toucha l’aîné des enfants ! De nombreux personnages tous plus intéressants et attachants les uns que les autres, une intrigue prenante et captivante du début à la fin, et de nombreux twists pour nous tenir en haleine ! Bref, un excellent moment de lecture avec ce roman qui ravira les fans de roman à suspense sans tuerie ou tripailles !! De l’excellent dans son genre !! A Lire !

MON AVIS EN VIDÉO : 

Une vie exemplaire – Jacob M. Appel

SYNOPSIS : Jeune cardiologue éminent, père de deux adorables petites filles, le docteur Jeremy Balint est un homme qui a réussi sa vie. D’autres que lui, apprenant que leur femme dévouée les trompe depuis des années avec un collègue, se laisseraient emporter par la rage. Pas Jeremy Balint. Lui va prendre son temps, car Jeremy Balint est un sociopathe.  Avec méthode et patience, il va organiser l’élimination de son rival. Et ce n’est que le début.

MON AVIS : Avis très mitigé pour moi avec cette lecture que j’ai trouvé trop fade, des personnages peu intéressants et une intrigue sans aucune saveur ! L’idée intéressante du départ a été mal exploitée à mon goût et souffre d’énormes invraisemblances qui rendent la lecture ennuyeuse et peu captivante . Et en plus, une fin convenue et peu originale . Bref, je passe vite à autre chose !!

MON AVIS EN VIDÉO : 

Redemption Road – John Hart

SYNOPSIS : Imaginez  :
Un garçon, une arme à la main, attend l’homme qui a tué sa mère.Une inspectrice de police perturbée affronte son passé à la suite d’une fusillade meurtrière.
Après treize ans de prison, celui qui fut un bon flic se retrouve libre tandis que, dans la forêt profonde, sur l’autel d’une église abandonnée, un corps refroidit enveloppé dans un drap blanc…
C’est une ville au bord du gouffre.
C’est le chemin de la rédemption.
Débordant de tension, de secrets et de trahisons, Redemption road prouve encore une fois que John Hart est un maître de la littérature policière.

MON AVIS : ÉNORME CLAQUE !! On frôle le thriller parfait !! Mais quelle intensité, quelle épaisseur chez les personnages et quelle intrigue !! Scotchée du début à la fin !! LISEZ CE LIVRE !! Satisfait ou remboursé !

MON AVIS EN VIDÉO : 

Site de Critiques de Livres