Le garçon – Marcus Malte

Synopsis : Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin – d’instinct. Alors commence la rencontre avec les hommes : les habitants d’un hameau perdu, Brabek l’ogre des Carpates, philosophe et lutteur de foire, l’amour combien charnel avec Emma, mélomane lumineuse, tout à la fois soeur, amante, mère. « C’est un temps où le garçon commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l’existence : nombre de ravages et quelques ravissements. » Puis la guerre, l’effroyable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de ce que l’on nomme la civilisation. Itinéraire d’une âme neuve qui s’éveille à la conscience au gré du hasard et de quelques nécessités, ponctué des petits et grands soubre-sauts de l’Histoire, le Garçon est à sa façon singulière, radicale, drôle, grave, l’immense roman de l’épreuve du monde.

Mon avis :

Demain, les chats – Bernard Werber

51encxtni6lSynopsis : A Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui a au sommet de son crâne une prise USB qui lui permet de se brancher sur Internet. Les deux chats vont se rencontrer, se comprendre s’aimer alors qu’autour d’eux le monde des humains ne cesse de se compliquer. A la violence des hommes Bastet veut opposer la spiritualité des chats. Mais pour Pythagore il est peut être déjà trop tard et les chats doivent se préparer à prendre la relève de la civilisation humaine.

Mon avis : J’avais dévoré  » Les fourmis  » de l’auteur, à sa sortie, en 1991 … Je pensais me faire encore une belle dégustation avec Les chats …. Et bien non !! Raté !! Encore beaucoup d’ennui pendant cette lecture … Peu d’intérêt pour l’histoire qui nous est racontée … Clairement , je pense que c’est un bouquin dont on devrait préciser qu’il est destiné au 12/14 ans !! Tout les fans de  » La guerre des clans  » de Erin Hunter, par exemple, pourront aimer ! Mais pas les fans de Werber de la première heure !! Enorme déception pour ma part ! J’avais déjà été refroidie avec  » Le sixième sommeil « , mais là c’est limite une désillusion avec cet auteur !! …. Je pensais quand même en apprendre un peu sur les secrets de nos félins .. Et non, même pas … L’auteur a préféré partir dans des aventures abracadantesques qui n’ont jamais réussi à me captiver ! Une fois de plus : Une histoire qui enthousiasmera les 12/14 ans, c’est sur ! Bref, pour les fans de la première heure comme moi, autant être au courant, ici : Aucune surprise, aucun renouveau chez cet auteur et beaucoup d’ennui au final ! …. Je recommande aux 12/14 ans qui aiment lire des aventures d’animaux, mais pas aux fans de l’auteur ! … Déçue je suis …. Miaou …

Ma note : Note-10

Aquarium – David VANN

couv25888504Synopsis : Caitlin, douze ans, habite avec sa mère dans un modeste appartement d’une banlieue de Seattle. Afin d’échapper à la solitude et à la grisaille de sa vie quotidienne, chaque jour, après l’école, elle court à l’aquarium pour se plonger dans les profondeurs du monde marin qui la fascine. Là, elle rencontre un vieil homme qui semble partager sa passion pour les poissons et devient peu à peu son confident. Mais la vie de Caitlin bascule le jour où sa mère découvre cette amitié et lui révèle le terrible secret qui les lie toutes deux à cet homme.

Mon avis : Encore une énorme claque de David Vann … Mais comment fait-il pour nous amener aussi loin dans ce que l’être humain a de plus horrible en lui ? Un climat oppressant, glacial mais tellement prenant ! Pourtant le début semblait assez léger : On suit la petite Caitlin, à Seattle, où elle mène une vie pas très reluisante, seule avec sa maman et dont le seul plaisir est d’aller chaque jour, après l’école , observer les poissons dans le grand Aquarium de Seattle ( la place des poissons dans ce récit est très importante !! )  . Et puis elle rencontre un vieil homme là-bas qui montre quelques signes d’affections pour elle … Et puis la maman de Caitlin veut savoir qui est ce vieux monsieur qui s’approche trop de sa fille … Et puis … Et puis  … Ouucchhhhh revirement à 360 degrés, avec une scène entre Caitlin et sa mère dans leur appartement que je ne suis pas prête d’oublier !! D’une violence psychologique inouïe !! Toute la force de l’écriture de l’auteur à son summum pendant tout un chapitre de folie !! Mais quelle claque bon sang !! ….. On referme le bouquin complètement à bout de souffle … Quel auteur …  » Sukkwan Island  » m’avait secoué déjà par cette force, mais là je suis K.O. ….. Je ne peux que vous recommander cette pépite … Splendide, sauvage, brutal ,et féroce mais terriblement humain , d’une sensibilité rare … A lire … Vraiment …

Ma note : Note-19

Lux – Maud Mayeras

13567322_1077694215612025_9160320025792331003_nSynopsis : C’est l’histoire d’un retour, d’une sentence et d’une vague qui monte à l’horizon.
2016. Antoine Harelde débarque à Ceduna, dans les terres arides du sud de l’Australie.
Vingt ans auparavant, il a passé un été dans cette petite ville perdue et, en l’espace de trois mois qui l’ont vu quitter l’adolescence, il a connu la joie, l’amitié, l’amour et l’horreur.
Aujourd’hui il est un homme. Il n’a pas oublié, il n’a rien pardonné.
Mais la justice prend d’étranges et inquiétantes couleurs à la lumière de l’apocalypse.

Mon avis : Définitivement une des mes auteurs préférés …. Puting que c’est fort, puissant, totalement immergeant et surtout unique !! Il n’y a que Maud Mayeras pour nous amener ses histoires comme çà ! Abrupt, impulsif et superbement effrayant ! Une histoire avalée en une seule goulée d’oxygène … Autant le personne principal Antoine est très attachant, autant, au final, çà sera le personnage de Hunter qui m’aura marqué au fer rouge ! Je ne suis pas prête de l’oublier celui là ! …. On tourne encore autour des thématiques chères à l’auteur : Les monstres tapis au fond de nous, l’instinct maternel, la fratrie et les secrets familiaux inavouables … Bref, une pépite du roman noir qu’il faut lire ! Un livre puissant, d’une fulgurance inouïe qui vous laisse K.O ! Impitoyable ! Le style de Mayeras est unique, ne passez pas à côté !!

Ma note Note-19

Orages – Estelle THARREAU

51v0ndi2aplSynopsis : Si vous éleviez seule une fille de seize ans et que votre petit ami devenait trop encombrant, refuseriez-vous un travail et une belle maison dans un village de carte postale où tout le monde semble prêt à vous aider ? Il est probable que non. Pourtant, vous auriez tort ! Les nuits d’orage peuvent s’avérer mortelles pour qui ne sait pas lire entre les lignes du présent et celles d’un passé enfoui depuis plus d’un siècle dans un cahier d’écolier jauni et écorné.

Mon avis : Excellente surprise que ce thriller rural utilisant ce procédé de narration classique mais efficace du journal intime ! Cela crée un énorme dynamisme à la lecture qui devient rapidement addictive , en oscillant entre récit du présent et souvenirs d’un siècle avant !! Tout ce qui marche pour un bon thriller rural : Des secrets enfouis, des non-dit, des drames familiaux, des personnages énigmatiques et une terrible empathie pour notre maman et sa fille ! un thriller d’une facture plutôt classique, que se soit dans les ficelles qui y sont tirées ou son dénouement, mais diablement efficace, remplissant son travail de divertissement, de suspense et d’intrigue comme on en demande aux thrillers ! Un premier roman rudement bien réussi qui augure de biens belles choses pour l’avenir ! Une auteur à suivre !

Ma note : Note-17

Les moissons funèbres – Jesmyn Ward

91kr7envsclSynopsis : En l’espace de quatre ans, Jesmyn Ward qui, depuis Bois sauvage a fait de l’ État du Mississippi son territoire, a assisté à la mort de cinq jeunes garçons qui lui étaient chers. Ces morts n’avaient à priori rien en commun, si ce n’est le spectre puissant et hors statistique de la pauvreté et du racisme qui conditionne l’avenir difficile des jeunes hommes issus de la communauté noire américaine. Les Moissons funèbres est un roman introspectif, âpre et mélancolique, sur la pauvreté dans le Sud profond des États-Unis.

Mon avis : Une excellente lecture qui oscille entre compte rendu de la situation des jeune noirs américains aujourd’hui et des pans de la vie de l’auteur, elle-même noire américaine ayant vécu l’exclusion, le racisme et surtout la tragédie de la perte de son frère . Un récit très poignant et extrêmement touchant, servit par une écriture solide et toujours ancrée dans la réalité . Bref, une thématique ultra intéressante, une plume enlevée , sincère et émouvante ! Une lecture originale à tenter !

Ma noteNote-17

Les confidences de Carla – Sylvie Grignon

81wyrtdsdslSynopsis : « Les mots s’effacent. Mes larmes lavent les pages du bloc de papier. Lui que j’ai aimé, lui que j’ai quitté pour le protéger, il m’aimait. Je me sens soulagée, comme si on venait de me retirer une épine du pied. Il est toujours vivant. Une question s’inscrit dans mon présent : m’aime-t-il toujours autant aujourd’hui ? Avons-nous à quatre-vingt-dix ans une seconde chance ? Il n’y a pas de hasard. Je pense que oui. J’ai toujours su qu’il était mon Destin même s’il nous reste aujourd’hui peu de temps. » Une nouvelle fois, Carla nous plonge dans ses carnets remplis de secrets de l’année de 2002 à 2058. Elle nous offre un plongeon dans un monde, celui d’ aujourd’hui, celui peut-être de demain où la seule façon de survivre reste de toujours croire en un avenir meilleur. Carla, une femme comme on aimerait tous, en rencontrer une, un jour.

Mon avis : Une très belle surprise avec cette romance sous fond de climat post-apocalyptique ! Bien que ce soit le 3éme tome des aventures de Carla, je me suis complètement plongée dans les joies et tourments de sa vie, et cette valse entre passé , présent et futur a été un pur régal ! Une plume très belle et enlevée, comme toujours chez cette auteur, qui rend la lecture rapidement addictive, prenante, qui nous met même hors du temps … Très, très agréable … Tout les pans de la vie d’une femme dépeint avec sagesse et humour : Les joies et l’insouciance du début de l’âge adulte, les tourments des premiers amours, des premières séparations , la naissance des enfants … Et la fin de vie où tout votre passé resurgit … Un patchworks éblouissant et tellement rafraîchissant qui a fait de cette lecture un super moment de détente ! Je le conseille vivement à ceux qui veulent une romance qui retrace tout les pans d’une vie avec en fond de toile cette catastrophe post-apocalyptique ! Surprenant et très  » feel good  » !

Ma note : Note-17

Bloc 11 – Piero Degli Antoni

81j8rqedollSynopsis : 1944, Auschwitz : le commandant du camp organise un jeu sadique et démoniaque avec dix déportés : il leur donne une nuit pour désigner lequel d’entre eux devra mourir le lendemain. Pourquoi ? Trois prisonniers se sont évadés, et ceux qui restent doivent payer. Quelle sera leur réponse face à cette cruauté poussée à l’extrême ?

Mon avis :

  • Enorme surprise !! Une pépite dans le genre  » huis-clos  » qui m’a tenu en haleine du début à la fin ! Imaginez : Un SS qui n’a rien trouvé de mieux que d’organiser une partie de jeu d’échec grandeur nature avec 10 prisonniers du camp !
  • Un style complètement prenant dés les premières phrases . On est tout de suite mis dans l’ambiance, l’approche des personnages, l’installation de l’intrigue dans ce climat austère et oppressant du camp d’Auschwitz en 1944 …
  • Une histoire au carré, mené d’une main de maître dont la fin reste en totale accord avec le reste du récit !
  • Un bijou de lecture ! N’hésitez pas ! Addictif, immergeant et oppressant à souhait !

Ma note pour cette pépite du genre  » huis-clos « Note-18

Mazie, Sainte-patronne des fauchés et des assoiffés – Jami ATTENBERG

couv41387319Synopsis : Personnage haut en couleur, Mazie Phillips est ouvreuse au Venice, célèbre cinéma new-yorkais. Le jazz vit son âge d’or, les idylles et la consommation d’alcool – malgré la Prohibition – vont bon train, et Mazie ne se fait jamais prier pour faire la fête. Mais derrière sa bonhomie se cache une enfance difficile, et son journal intime détient ses secrets les plus insoupçonnables. Avec l’arrivée de la Grande Dépression, la vie de Mazie va basculer. Les sans-abri affluent dans le quartier, et personne ne semble pouvoir échapper à la crise. Si elle ne les aide pas, qui le fera ? Mazie décide alors d’ouvrir les portes du Venice à ceux dans le besoin et redéfinit ainsi l’identité du quartier comme de la ville entière. Plus de quatre-vingt-dix ans passent avant que son journal intime ne soit retrouvé par un documentariste en mal de sujet. À travers sa « voix », celles de ses contemporains et du documentariste se dessine la personnalité hors du commun de celle qui deviendra sainte Mazie.

Mon avis :

  • Un récit que l’on découvre à travers un journal intime, offrant ainsi un rythme très rapide , avec des chapitres courts et donc une lecture super addictive .
  • Plongée sensorielle ultra réaliste dans le NY des années 1920 dans laquelle la Grande Dépression a déjà causé de gros ravages.
  • Le personnage de Mazie est extrêmement fort et déluré ( parfois peut-être un peu trop .. ) . Elle peut complètement vous émouvoir jusqu’aux larmes dans un chapitre et littéralement vous agacer dans l’autre !
  • Mon petit bémol sera pour la fin dont j’attendais autre chose …
  • En bref : Une écriture addictive et totalement immergeante qui nous plonge au coeur des années 20 en plein NY et nous fait découvrir un personnage haut en couleur qui ne peut laisser indifférent ! Addictif, immergeant et super original !

Ma note : Note-16

La mésange et l’ogresse – Harold Cobert

Synopsis :  » Ce que je vais vous raconter ne s’invente pas.  »
22 juin 2004. Après un an d’interrogatoires, Monique Fourniret révèle une partie du parcours criminel de son mari,  » l’Ogre des Ardennes « . Il sera condamné à la perpétuité. Celle que Michel Fourniret surnomme sa  » mésange  » reste un mystère : victime ou complice ? Instrument ou inspiratrice ? Mésange ou ogresse ?
Quoi de plus incompréhensible que le Mal quand il revêt des apparences humaines ?
En sondant les abysses psychiques de Monique Fourniret, en faisant résonner sa voix, jusqu’au tréfonds de la folie, dans un face à face tendu avec les enquêteurs qui la traquent, ce roman plonge au cœur du mal pour arriver, par la fiction et la littérature, au plus près de la glaçante vérité.

Mon avis 777

Site de Critiques de Livres