Le cri – Nicolas BEUGLET

couv25363022Synopsis : Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !

Mon avis : Un excellent thriller scientifique / ésotérique qui se transforme rapidement en véritable page-turner  ! Une enquêtrice super attachante, de l’action et un secret inavouable  dont on attend ardemment la révélation tout le long de la lecture ! Le tout dans un contexte historique basé sur des faits réels, ce qui rend encore plus intéressante l’intrigue … Par contre … Les procédés narratifs et la façon dont est construite l’histoire m’ont trop souvent rappelé d’autres thrillers/scientifiques de ce genre ( Werber, Barjavel, Chattam, Thilliez , Loevenbruck … ) , ce qui a fait tombé à plat pas mal de petits cliffhangers et du coup, même la révélation finale m’a très peu secouée …. Des ficelles tirées que je voyais venir de loin, une facture classique, certes, mais un style vraiment soigné, incisif qui rend la lecture complètement jouissive ! A vous de voir : Si comme moi vous avez lu beaucoup de ce genre de thriller/scientifique, seriez-vous quelque peu déçu, sinon, pour les moins habitués, foncez, car c’est  du très bon dans ce genre là !

Ma noteNote-17

Une réflexion au sujet de « Le cri – Nicolas BEUGLET »

  1. A la lecture du chapitre 11 du roman le  » Cri », de grossières erreurs, m’ont interpellé. L’auteur situe les faits le 15 février en mentionnant  » les feuillages du grand tilleul…… » et plus loin le « chant des cigales ».
    Je suis Niçois et je vous certifie que les tilleuls en février n’ont plus de feuilles et les cigales ne stridulent qu’en été.
    Même si cela n’a pas d’incidence pour l’histoire, mon attention s’en est trouvée distraite et amoindrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *